Japon – Jour 6

J’aimerais bien trouvé facilement des phrases d’intro pour mes posts… mais là aujourd’hui je sèche *HAHA*

Aujourd’hui, 11 mai 2010: il pleut et ça c’est pas cool.
Pas cool parce que déjà l’eau ça mouille (si si je vous jure), ensuite parce que ça empêche de vraiment profiter des choses que nous voulons voir même si aujourd’hui, globalement à part se trimballer un super parapluie à 200 yens ça n’aura pas eu beaucoup de conséquences.
En effet le programme du jour était plutôt light, jugez vous-même:
– train depuis Utsunomiya jusqu’à Tokyo dans un shinkansen « double decker » au design toujours aussi improbable
– dépôt des valises à l’hôtel
– petit trek à pied dans un quartier spécialisé dans les ustensiles de cuisine avec de quoi refaire toute sa ménagère à la mode locale ou bien carrément équiper son resto
– visite d’un supermarché avec cascades alimentaires pour le déjeuner qui sera pris à l’arrache assis au coin d’une rue
– direction ensuite le sake plaza pour dépenser quelques deniers dans un ou deux litrons de la spécialité locale (sans parler de la dégustation)
– mission geek à Akihabara pour trouver le Gundam Cafe et voir Super Potatoe.
Alors le Gundam Cafe c’est vraiment la grosse déception du jour. Je m’attendais à un endroit au design inspiré de la série avec moult robots dans la déco et une boutique de goodies divers et variés. Las… c’est ridiculement petit, un seul Gundam en vue dans le café, queue de 20 bonnes minutes pour se taper un sablé en forme de robot et boutique réduite à la portion congrue avec 3 boîtes de gâteaux qui se battent en duel. Déception d’autant plus grande que les tshirts Gundam, on les trouve pour 3 fois rien chez Uniqlo en ce moment. Pas grave, nous passons à autre chose.
Nous rentrons dans une boutique au hasard, là je vois l’objectif que je convoite depuis 2 ans maintenant, par contre le prix… OUCH: le même qu’en France (229.000 yens soit environ 1990€). La fille – a priori chinoise vu sa façon de négocier (il y en a beaucoup à Akihabara, elles sont plus dures en affaire que les japonaises) – me dit « there is discount ». Vas-y fais moi rêver… 201.000… ha oui mais c’est-à-dire qu’au Yodobashi de Shinjuku il est à 179.000 et en plus je peux négocier jusqu’à 10% dessus, tu t’alignes? oui? non? Hé ben trouves toi un autre pigeon.
Bref, Super Potatoe: le Saint Graal de tout amateur de consoles et de jeux antédiluviens. Une incitation à la dépense à chaque étagère avec 2 étages plus haut, une petite salle d’arcade avec du jeu vintage à la pelle et un trône fait uniquement en cartouches de Famicom Nintendo (console connue sous le nom de NES dans nos contrées). Je n’ai pas pu m’empêcher d’y aller de ma petite pièce dans la borne de Dodonpachi *séquence émotion*
– nous sautons ensuite dans la ligne JR Chuo pour aller à Shinjuku afin que je puisse commettre l’irréparable dans le rayon photo du Yodobashi. Lucille en a profité pour jouer avec un Canon 7D, stupéfaite par la qualité des photos. C’est sur que comparé à son petit 350D, c’est comme mettre une Dacia à côté d’une Mercedes, ça pique! Julie quant à elle tape dans le très haut de gamme en faisant mumuse avec un Canon 1Ds Mark III (le must du must). Oui parce que dans les magasins japonais, tout est en démonstration, même l’appareil photo à 5000€ !
– et pour finir retour pour dîner à Akihabara… ce qui a achevé de convaincre tout le monde que le petit resto de quartier c’est le bien et que le resto proche des endroits touristiques c’est le  mal.

En regardant le résumé d’aujourd’hui, je me rends compte qu’il va vraiment falloir que je mette des cartes/plans pour que tout le monde suive les trajets car, si pour moi c’est évident vu que je sais de quoi je parle, pour ceux qui ne sont pas familiers des lieux, c’est tout de suite plus compliqué.
A défaut de plans, délectez-vous des photos du jour, moi je vais brûler un bâton d’encens pour qu’il fasse beau demain.

Edit: ici c’est Maru qui fait la pub pour le Wimax (du Wifi en beaucoup plus puissant/performant), la classe!!!

Comments are closed.