Hawaii – jour 11

Aujourd’hui, on chamboule tout. OSEF du programme! La journée d’hier nous ayant totalement achevée, nous avons décider qu’aujourd’hui ce serait calme.

En effet, à l’origine nous devions aller randonner à Haleakalā National Park et faire le coucher de soleil en haut du mont Haleakalā. Sauf que la route jusque là-bas est en partie celle que nous avons prise hier, que le temps trajet par rapport à la distance parcouru est aussi débile que celui d’hier et que les chemins de rando sont tous hardcore. Donc Molokai-ra!

Les petits poïssons

Nous décidons donc de décaler à aujourd’hui notre visite au Maui Ocean Center qui était prévu demain matin normalement. Sous ce nom pompeux se cache en réalité un aquarium qui rassemble toutes les espèces (ou presque) peuplant les côtes de l’archipel et que l’on peut facilement voir sur à peu près toutes les plages du secteur pour peu qu’on ait un masque et un tuba.
Soyons clair, je ne regrette pas mes 30$. C’est très bien fait, extrêmement didactique et interactif au possible. Une classe de Fith Grade a fait la visite avec nous. Les mômes étaient sages et posaient des questions lors des présentations. Les présentations parlons-en car c’est un peu le clou de la visite. A certaines heures de la journée – comme nous sommes arrivés tôt, nous avons eu droit à chaque fois à la première démo du jour, on envoie un plongeur dans l’aquarium afin que ce dernier explique en « direct live breaking news alerte info » depuis sous l’eau ce qui se passe autour de lui. Le truc est vivant et les explications limpides. Pour peu qu’on comprenne ce qui se dit car le micro du casque est parfois parasité par le détendeur mais sinon c’est tout bon. La meilleure explication à mon goût a été celle concernant les tortues. Le mec avait certes rodé ses vannes depuis un bail mais c’était vraiment très très intéressant.
Par exemple nous avons appris que sous l’eau il y a un distance minimum de 3 mètres à respecter entre la tortue et vous, cette distance passe à 10 mètres quand elles sont sur terre. Si vous vous faites chopper en dessous de la distance légale, c’est un crime fédéral qui peut vous expédier dans un pénitencier fédéral pour 3 mois avec une coquette amende de 250.000$. Après la tortue peut aussi se défendre. Si une tortue d’un an vous mord, elle peut vous sectionner un doigt, si une tortue adulte (autour de 30 ans et +) vous mord, elle peut vous couper le poignet. Et nous avons aussi eu droit à l’anecdote d’un débile profond qui a voulu monter sur une tortue adulte. Elle s’est défendue, résultat des course: un coup de nageoire pectorale dans la tronche (le muscle pectorale de la tortue fait les 3/4 de son corps – j’ai bien écoute le prof). Ce qui nous donne: un masque coupé net en 2, un nez cassé, un palet explosé, une mâchoire multi-fracturée et 3 dents en moins + la poursuite fédérale.
La suite de la visite a été des plus classiques dès qu’on parle d’aquarium: requins + tunnel. Mais la partie vraiment intéressante concernait les tortues et le fait que le centre participe au repeuplement des récifs coralliens de l’archipel. Je ne sais pas par quel miracle ils arrivent à en faire pousser et à le réintroduire dans l’océan. C’est d’ailleurs une constante dans cet aquarium, 90% des animaux ont pour vocation à retourner dans l’océan. Une bonne chose.
En farfouillant dans le demi-million de brochures avec des réducs que nous avons récupérer, Aurélie est tombée sur un coupon disant qu’il y avait un cadeau gratuit sur présentation du dit coupon et de l’entrée. Je l’ai vu revenir triomphalement avec une étiquette en forme de tortue pour mettre sur sa valise 😀

Une fermeture et un peu de Hard Rock

Une fois sortie de là, nous avons décider d’aller au Iao Valley National Park parce que l’endroit vend du rêve et qu’il y des chemins de randos simples. Oui mais voilà, le parc est fermé pour une durée indéterminée, un Ranger en interdit l’accès et la route est fermée. Bon ben tant pis.
Là-dessus, nous improvisons en décidant d’aller voir la côte Ouest de Maui, ce qui n’était pas du tout prévu. En voiture nous retrouvons la fréquence de KROQ et tombons sur l’émission d’Alice Cooper. Enfin un pays qui passe autre chose que de la soupe à la radio! Ce petit AC/DC du plaisir!
30 minutes de route plus tard, nous arrivons à Lahaina, dernière grosse ville – grosse tout est relatif ici, avant une chaîne sans fin de Resorts jusqu’au bout de la route à 35 km. En lui-même, l’endroit n’a aucun charme, c’est simplement un enchevêtrement de boutiques de luxe et d’outlets à peine moins luxueux où il faut ENCORE payer pour garer sa caisse. Le parking du McDo local fera l’affaire. Nous ferons un stop au Hard Rock Café pour déjeuner, j’en profiterai pour acheter un second tshirt à mon belge favori qui a frôlé l’apoplexie en apprenant la nouvelle. C’est qu’en plus je suis gagnant dans l’histoire. Le mec à la caisse me fait remarquer que je sais ce que je veux, je lui explique que c’est pour un pote, que j’ai déjà pris celui d’Honolulu et là, il me demande si j’ai eu droit au cadeau de bienvenue de je ne sais quel programme de fidélité. Je réponds non et hop! Un shooter Hard Rock Café Maui pour bibi. C’est la journée des cadeaux aujourd’hui.
Nous entamons ensuite le tour du bled, passant d’une boutique de tshirts à l’autre, toujours avec le secret espoir de trouver ce merveilleux tshirt « Aloha mothafuckas »…  espoir vite douché tellement le politiquement correct est de mise ici sur les tshirts.
BREF.
Le seul avantage que je trouve à Lahaina c’est sa vue. Avec le temps d’aujourd’hui, on pouvait voir les îles de Lanai et Molokai. Et sur la route on apercevait sans problème Kaho‘olawe et le cratère marin de Molokini – dommage que ce spot soit si loin parce que ça aurait valu le déplacement.

Les petits poïssons – en vrai

Comme la journée est encore jeune, il nous faut nous occuper. Comme nous sommes sur Maui, île réputée pour avoir les plus belles plages de l’archipel (spoiler alert: Oahu et Big Island font mieux selon moi), nous cherchons une plage pour faire un peu de snorkeling, car oui aujourd’hui nous avons tout! Maillots de bain, masques, serviettes, crème solaire indice 900, et non en fait j’ai oublié mes claquettes de plage. Ca fait 3 jours de suite que j’oublie un truc en partant…
Ce sera donc Kaanapali Beach à quelques minutes de voiture. La plage est planquée derrière une barrière d’hôtels dotées de piscine – je n’ai jamais compris pourquoi on construisait une piscine alors que l’océan – à 26° qui plus est – est à 50 mètres. Ceci dit, même à 26°, avec 37° degré dans l’air, le Pacifique a paru un frais au premier contact.
Une fois en tenu de combat: PLOUF! Il fallait malgré tout être un poil prudent, contrairement aux autres plages où nous sommes allés, le courant est fort et à 1 mètre du bord on a de l’eau jusqu’au cou, mais quand on met la tête sous l’eau, franchement c’est top!

Aujourd’hui je suis passé en mode « commandant Cousteau » et j’ai filmé ça, à 4/5 mètres du bord.

C’est complètement cuit – dans les 2 sens du terme – que nous rentrons. Demain, nous plions bagage pour « ailleurs ». A priori le matin ce sera shopping, mais pour nos gueules cette fois car pour l’instant il y en a pour tout le monde sauf pour nous. Et ensuite avion vers 15h je crois. Je vais encore devoir démonter ma valise et la refaire, ça me fatigue déjà.