Hawaii – Jour 12

C’est officiel, j’ai la crève. Un grand merci à l’absence de clim’ dans l’appart’ qui oblige à dormir avec un ventilo pour ne pas mourir de chaud.

Aujourd’hui, quatrième et dernier changement d’île.
Nous quittons Maui pour Kauai, la plus au Nord des îles de l’archipel d’Hawaii et aussi une des plus sauvages. Quelques films légendaires y ont été tourné – pour le coup je n’exagère pas.

La boutique qui n’existe pas

Ce matin nous avions décider de prendre notre temps. Nous sommes donc partis en direction de Maluaka Beach qui est, paraît-il, un des meilleurs spots de l’île pour voir des tortues. Au lieu des tortues nous avons vu des gens en train de s’installer pour la journée sur la plage. Bide
Retour à Kahuilui où j’ai repéré que se trouvait un revendeur Carhartt. Nous faisons 2 centres commerciaux, demandons aux gens: quéquette. Bide #2.
Répérant qu’à côté de l’aéroport se trouve un Target (immense supermarché), je me dis « pourquoi pas ». La seule chose que j’ai gagné dans l’histoire est un pled Star Wars ultra classe pour mon canapé.
Comme il est bientôt l’heure de rendre la voiture, go aéroport afin de prendre l’ultime vol inter-îles entre Kahuilui et Lihue. 47 minutes de vol pendant lesquelles nous survolerons Molokai ainsi qu’Oahu avec une superbe vue de Diamond Head et Pearl Harbor. Superbe vue auxquelles mes photos ne rendent pas grâce malheureusement.

Le retour de la réunion de copro

Une fois à Lihue, nous avons passé un temps infini à récupérer la quatrième voiture (encore une Nissan). La nana débutait visiblement et ce fut laborieux mais elle a eu le mérite de me proposer la Mustang cabrio… J’avoue pendant un moment j’ai hésité très fort. Mais la voie de la raison (Aurélie) m’a susurré à l’oreille que comme nous ne savions pas à quel terrain nous allions avoir à faire, il valait mieux jouer la sécurité. Va pour la Sentra grise alors. Ceci dit, elle est mieux que l’autre, je veux dire par là que c’est exactement le même niveau de finition, mais il n’y pas de jeu dans la pédale de frein, ça freine dès qu’on appuie.
Ensuite nous irons claquer moult dollars pour notre activité du dernier jour histoire de finir les vacances en beauté. Je vous promets que ce sera ostentatoire et en plus sublime si il fait beau.
Nous prendrons enfin la direction de la résidence et apercevront chemin faisant, des paysages tout à fait sublime malgré le temps maussade et la température un poil plus frisquette – nous sommes passé de 35 à 24°. Quant au logement, c’est le même chaîne que celle de Big Island, donc on nous refait le coûts des réducs en échange d’1h30 de présentation sur les apparts en time share. Point positif, on nous enfin offert des colliers de fleurs/coquillages ^^
Puisque je parle de l’appart’, sachez que celui-ci est sans doute celui qui me plait le plus dans son agencement, même si la douche est une tannée et que les passants peuvent ce qui s’y passent. Incroyable le nombre de chats voyeurs qu’il peut y avoir ici.
La suite sera courses au Foodland du coin où j’agoniserai littéralement devant les frigos à cause du froid. Truc drôle, à la caisse, le gars derrière nous propose de nous faire passer sur carte afin que nous ayons des réducs. Hop 4$ de moins! C’est d’ailleurs une constante, les locaux (aussi bien natifs « qu’importés ») sont tous absolument charmants. Certes il y a toujours le côté ‘ricains qui prend le dessus pour tout ce qui est business mais en dehors de ça, ils sont vraiment adorables. Du moins, nous n’avons pas encore croisé de cons, hormis sur la route où il y a vraiment des cas. Entre capitaine tortue en file de gauche à 30mph et Jacky la frite qui roule comme un mongol avec son pickup surélevé, il y a de quoi faire. A noter qu’ici les limitations de vitesse sont une information toute relative, être 10/15 miles à dessus de la limite est la norme.

Les locaux

Puisque nous parlons des locaux, il est aussi bien de faire un point sur ce qui se passe dans l’état d’Hawaii. Clairement, la principale ressource de l’état est le tourisme, ça se ressent d’ailleurs au niveau des prix, notamment au niveau de l’essence où suivant le coin où l’on se trouve le galon passe de 2,69 (ce qui est déjà cher) à 3,29. Alors certes, il faut faire venir la benzin et la nourriture n’empêche que pour les gens du coin, c’est hard. Dans les supermarché on voit régulièrement des collectes de nourriture pour aider les plus pauvres à se nourrir. Car clairement, quand on sort des coins très touristiques, on ne peut pas dire que ça roule sur l’or et ce, quelque soit l’île sur laquelle on se trouve – même si c’est plus flagrant sur Oahu et la très snob Maui. Ca se voit aux voitures par exemples. Ici le péquin moyen a une voiture un peu ancienne, bien bouffée par le sel et le soleil. Les autres roulent en Hummer (je n’en ai jamais vu autant) ou en Mercedes – et pas de la classe C de clodo, non non, ici nous parlons de Classe S ou de coupé à 100.000$.

Bref, demain rando si je n’ai pas décédé pendant la nuit et je sens bien la petite poussée de fièvre en bonus. Même pas peur en fait.