Roumanie – Jour 5

Aujourd’hui, la journée fut à la fois courte et longue.

Pour une fois, bébé a fait ses heures donc ce matin le réveil s’est fait en douceur. On ne peut pas en dire autant de tout le monde…

La ferme

Direction la maison d’à côté où se trouve la salle à manger, notre bâtiment n’abritant que des chambres et une vaste salle commune – vide 100% du temps. Là nous retrouvons le bruyant groupe de français qui semble équiper pour partir à l’assaut de l’Everest – en l’occurrence la grotte d’hier.
Côté petit déj’, je reste sur mes fondamentaux à ceci près que le beurre est fait maison.  Aurélie tentera de son côté le fromage maison et les crêpes à la sauce locale. Je ne saurai dire si elle a apprécié ou pas. Ensuite nous sautons dans la voiture pour… bah oui pour quoi en fait?

La grotte

Le planning fourni par l’agence parle de glacier. Comme nous l’avons vu hier il s’agit de grotte glacière donc quand aujourd’hui le planning nous dit « randonnée sur le glacier Vartop », suite à l’expérience d’hier nous sommes prudent. Un indice nous met cependant sur la voie: il faut parti de Casa de Piatra. Sauf que bien entendu, Jacqueline GPS et Geneviève GPS ne sont pas d’accord parce qu’il y a 2 putains de bleds avec le même nom. Geneviève perd une nouvelle manche au profit de Jacqueline qui nous propose 2 chemins pour aller à ce « glacier ». Elle nous amène dans un bourg à quelques kilomètres puis nous fait prendre une petite route qui se transforme en chemin caillouteux après 5km. Etant donné la tronche du chemin, je n’y mets même pas un bout de pneu et décide de façon unilatérale de faire demi-tour. Nous optons donc pour le second chemin qui nous ramène quasiment à notre point de départ.
*je le vis bien*
Nous suivons donc la route qui serpente au fond d’une petite vallée et qui devient elle aussi un chemin de terre. Du coup les 40 minutes annoncées pour faire 15km prennent tout leur sens. Bon gré mal gré, nous nous lançons. C’est parti pour 7km de hors piste sur un chemin qui convient mieux à un 4×4 qu’à une Logan mais bon. Des panneaux nous confirme que c’est la bonne direction. Nous finissons par arriver à Casa de Piatra, hameau paumé dans la montagne où une cahute propose de se parquer là pour 5 Lei. Têtu je continue sur le chemin pour finalement abdiquer 300 mètres plus haut et je me gare à l’entrée d’un pré. Nous continuons donc à pied pour tomber sur un panneau qui nous indique qu’il y a 40 minutes de marche jusqu’à l’objectif. Dire qu’Aurélie voulait se garer au début du chemin de pierres… BREF.
Plus loin un panneau indique qu’il faut quitter le chemin pour prendre un sentier grimpant dans la forêt et qu’il y en a encore pour 30 minutes depuis ce point. Après 20 minutes d’une montée casse gueule nous arrivons devant l’entrée d’une grotte où sont installés quelques bancs, une sorte d’abri et un panneau. Le panneau indique qu’il faut impérativement un guide pour la visite et que cette dernière ne s’opère que du 15 juin au 1er septembre. Genre il faut arriver là pour avoir cette info. Et en plus, il est indiqué qu’il faut avoir une lampe de poche, idéalement un casque et des chaussures adéquat. P-A-R-F-A-I-T.
Donc demi-tour. Redescente en essayant de ne pas s’étaler car le sentier est glissant. Une fois revenu sur le chemin, une voiture s’arrête à notre niveau. Ce sont les gardes forestiers. Ils nous demandent si nous venons de la grotte et si il y avait d’autres personnes que nous. Nous leur expliquons que non et là ils nous disent que le guide habite la maison au toit bleu à Casa de Piatra et qu’on peut aller le voir si nous voulons voir la grotte. Info utile mais tardive. Nous continuons en direction de la voiture et 200 mètres plus loin, nous tombons nez à nez avec le guide et un groupe de locaux qui vont à la grotte. Le petit jeune, charmant, nous propose d’aller avec eux. Rincé par la première montée, je décline, Aurélie en revanche accepte et repart avec le groupe. Quant à moi, je me cale dans la voiture en attendant que madame revienne de sa petite excursion.
Au bout d’1h20, je reçois un SMS « j’arrive » et la voila qui débarque. Contente de son escapade dans une grotte plein de stalactites et selon elle, encore plus dangereuse que celle d’hier – la rumeur prétend qu’il fait tout noir et que seule des cordes moisies permettent d’éviter la chute. Visiblement, le guide a été super avec elle et lui a donné plein d’explication malgré son anglais approximatif. Il était à priori heureux d’avoir à faire à autre chose qu’à des roumains.
Retour à la civilisation par le même chemin. Heureusement que le chemin de retour paraît toujours plus court.
La voiture est sale, mais la peinture et les pneus n’ont rien, c’est l’important.

L’intrus

Nous stoppons à Garda De Sus, la commune de notre pension. Bah oui, il est 16h30 et il fait faim. Nous trouvons un troquet, commandons chacun 2 crêpes. Je prends aussi une bière, la bière la moins cher de l’univers. 0,76€ la pinte pour un équivalent de Carlsberg. Tranquille.
Puis enfin retour à la pension vers 17h. Là, un des nouveaux arrivant fait le tour du proprio et ouvre toutes les portes de l’étage comme si il était seul. Tranquille, il ouvre chez nous et regarde ce qui se passe. Je me suis empressé de lui claquer la porte au nez. BREF…

Demain nous quittons la Transylvanie pour les Maramures près de la frontière ukrainienne. Et c’est ce soir seulement que je réalise que nous ne sommes qu’à 60km de la frontière hongroise à vol d’oiseau.