Japon – Jour 12

De la pluie, encore de la pluie, toujours de la pluie. De la pluie le matin, l’après-midi, le soir. De la pluie tout le temps.

Ô surprise, c’est donc au doux son de la pluie qui tombe dehors que nous nous réveillons. Le typhon est-il déjà là? Non mais on commence à sentir que ça se rapproche gentiment.

Le tour du proprio

Aujourd’hui, malgré la pluie, nous sommes partis pour faire le tour du maximum des curiosités locales. Ne sachant pas si demain le temps permettra d’oser sortir ou pas.
Nous filons donc en direction d’un quartier proche qui abrite d’anciennes maisons de samouraïs. Celles qui sont gratuites ont un intérêt proche du néant. Celle où il faut payer en revanche est bien plus intéressante. Si on oublie la horde d’israéliens aussi bruyante que bête qui pourrait presque faire regretter un ratage il y a 70 ans, entre 2 groupes on peut profiter du lieu. Il est assez facile d’imaginer que pour l’époque, avoir une maison aussi grande et décorée était signe de puissance. Après ça reste une maison japonaise à l’ancienne, donc tatamis partout, panneaux coulissants et petit jardin avec carpes. La routine mais la routine classe.

Nous filons ensuite vers le marche Omicho. A priori c’est un « vrai » marché pas comme ceux de Takayama. Et c’est effectivement le cas. Des étales de légumes et de poissons, des vendeurs qui hurlent pour vendre leur came et un peu de monde il faut le dire, car l’endroit est couvert. Vu ce qu’il déverse dehors, être au sec est un luxe. L’endroit est chouette et authentique, pas trop de touristes, pourvu que ça reste en l’état.
Le trajet ayant été optimisé par mes soins, nous sortons du marché à une rue à peine de l’entrée du parc du château. Le château en lui même présente assez peu d’intérêt de par son contenu. Tout juste se démarque-t-il des autres par son architecture tout en longueur. Nous ferons donc l’impasse sur l’intérieur de se dernier mais ferons un tour dans les jardins.

Nous enchaînerons ensuite sur ce qui est une des grosses attractions de la ville: le parc Kenroku-en. Un immense jardin japonais avec une multitude d’arbres taillés de façon aussi différentes que surprenantes. Plein de petites marres et de cascades ajoutent à l’ambiance. Il suffit de voir les ouvriers désherber (oui même sous la pluie ici on bosse dehors) avec minutie chaque mauvaise herbe pour se rendre compte du délire que représente l’entretien d’un tel endroit. Splendide mais j’aurais vraiment aimé le voir sous le soleil.

Le vide sidéral

Notre « travel angel » nous a hier vivement recommandé d’aller dans « le quartier des geishas ». Sachant la difficulté de voir une geisha, il vaudrait mieux parler du quartier des maisons de thé dans lesquelles officient les geishas. Bref, soit disant il faut y aller c’est sympa, l’ambiance est chouette blah blah blah. Après 20 minutes de marche depuis le parc, toujours sous la pluie dois-je le préciser, nous voila sur place. Grosse ambiance. Les ruelles sont vides, les enseignes à peine allumées, on se demande presque ce qu’on fait là. Alors oui les maisons de thé sont jolies de l’extérieur mais sorti de ça… Nous tentons notre chance de l’autre côté de la rivière car il y en a d’autres. Hormis le fait qu’il y aura beaucoup plus de touristes, le constat est le même. Pas grand chose à voir si ce n’est quelques belles façades et des vendeurs de glace à la feuille d’or – ce n’est pas une blague. Ici l’artisanat à la feuille d’or est une spécialité locale. Au final, la seule attraction du coin, ce sera le gang de 15 rapaces posés sur un toit qui de temps à autres plonge dans la rivière pour chopper un poisson.

Là-dessus, retour à la maison parce que nous sommes cuits. Entre la fatigue qui commence à se faire bien sentir et la pluie, nous tirons un peu la langue. Sur le chemin du retour, nous ferons notre ravito pour ce soir et un peu pour demain aussi car on ne sait pas trop ce que le temps nous réserve. Autant être un peu prévoyant sans pour autant devenir parano. Ceci étant dit, le niveau de l’eau de la rivière est déjà un peu monté depuis ce matin et depuis que nous sommes rentrés, non seulement il n’a pas cessé de pleuvoir (il pleut non stop depuis 6h ce matin) mais le vent s’est un peu levé.  

Quant à demain, nous savons déjà qu’un de nos plans de repli est tombé à l’eau (hahaha) puisque tous les bus du jour sont annulés. Si le temps le permet, nous tâcherons de refaire un tour dans certains coins de la ville. De toute façon se sera ou tout l’un (l’enfer sur terre), ou tout l’autre (en fait ça ira).
Pour ce qui est du départ lundi, on touche du bois en espérant qu’il y aura des trains. De toute façon je pense que nous serons fixé demain soir car le gros du typhon devrait être passé. De plus le site de la Japan Rail est mis à jour constamment. Nous verrons bien.