Helsinki – Jour 2

A la cool. Si si je vous jure que ça nous arrive.

Frais et dispo après une petite nuit de 10 heures, durée anormalement longue quand nous partons en vadrouille il faut le signaler, nous voici dans la cuisine. Ce serait dommage de se presser aujourd’hui.

Donc après un petit dej’ maison – merci les courses de la veille, nous partons vers le port afin d’aller faire un tour dans la baie d’Helsinki. Je rappelle pour les 3 du fond qu’Helsinki est en bord de mer, au fond d’une baie afin un paquet d’îles et d’îlots. En l’occurrence aujourd’hui nous irons sur les îles de Vallisaari et Suomenlina.

Après un petit stop devant la cathédrale luthérienne de la ville rendu célèbre par le clip de la chanson Sandstorm d’un DJ local (YouTube est votre ami si vous ne connaissez pas le morceau), nous voici en train de faire la queue derrière Ghunter et Petra qui ne savent pas ce qu’ils veulent ni où ils veulent aller. Aller se faire voir m’a paru être une option envisageable puisqu’il était 9h54 et que le bateau partait à 10h. Rassurez-vous, nous avons pu embarquer à temps.
Comme hier il fait un temps somptueux mais le fond de l’air est frais, surtout en mer. Après 20 minutes de traversée, nous stoppons à Vallisaari. Nous serons 5 à descendre du bateau, le gros des troupes filant vers l’arrêt suivant: Suomenlina. Commencer par cette île fut la bonne idée du jour car vu l’heure, nous étions quasi seuls pour profiter tranquillement de cette île qui fait office de réserve naturelle – l’accès à la partie sud est d’ailleurs formellement interdit pour que les bestiaux puissent être tranquilles. Il y a des biches et des hiboux. Les hiboux ce n’étaient pas l’heure et les biches étant dans la partie sud… par contre il y a plein d’oiseaux et franchement ça fait du bien de n’entendre que ça.

Le chemin est facile et balisé et on est très très vivement invité à ne pas le quitter, chose respectée ici.

Quand le chemin revient vers la côté, on peut apercevoir l’île de Suomenlina en face, elle est à quelques centaines de mètres tout au plus. Pour votre culture sachez que pendant la guerre entre la Russie et la Suède, l’île de Vallisaari était russe et celle de Suomenlina suédoise. Les mecs pouvaient se regarder dans le blanc des yeux depuis la plage et s’échanger des amabilités en haussant un peu le ton. Grosse ambiance. Aujourd’hui le chenal entre les 2 îles et le point de passage des ferrys qui partent Tallinn en Estonie à 2h de là – info que je tiens de ma travel planner personnel.
On trouve également des vestiges de l’occupation russe avec des restes de fortifications ici ou là. Ainsi que vraisemblablement un stock sacré paquet de munition dans le sol, à tel point que sur les plans de l’île, on met carrément la faucheuse et une explosion pour dire que c’est dangereux.

Nous passons aussi devant une vieille maison soit disant hantée par le corps sans tête d’un colonel. Nous n’avons pas réussi à savoir de quand date cette légende ni de quelle nationalité il était – russe, suédois, finlandais ou allemand (j’ai un doute quant au fait que les allemands soient venus jusque là en 1939/45 – Norvège oui mais Finlande…). Bref c’est vrai que la maison fout un peu les jetons.

Retour sur le quai juste à temps pour sauter dans le bateau qui nous posera quelques minutes plus tard à Suomenlina.
Comme je le disais, Suomenlina, c’est l’île en face Vallisaari, c’est aussi une ancienne forteresse qui a été successivement occupé par les suédois, les russes et finalement récupérée par les finlandais quand ils ont quitté le giron russe durant la guerre civile de leur imposant voisin. C’est un site classé à l’Unesco et une grosse attraction touristique. Au delà de l’endroit qui est joli et de quelques vestiges guerriers comme des cannons russes ou bien quelques abris, l’endroit à un attrait que je trouve limité. Je veux dire par là que vu son importance historique, il y a sans doute mieux à faire que ce qui est proposé actuellement. J’aurais bien aimé en savoir plus sur le lieu, certes il y a quelques panneaux d’informations mais ils indiquent les buvettes donc bon…

Une fois notre tour fini, retour en ville pour trouver à manger car l’après-midi est déjà bien avancé. Retour ensuite à l’appart’ pour une petite pause avant de ressortir pour aller vers Kallio, un quartier pas très loin de chez nous histoire de voir ce qui s’y passe – ou pas d’ailleurs. Finalement nous échouerons au Majava Baari – littéralement « le bar du castor » qui se trouve être un bar Métal. Coïncidence? Tssss. L’endroit est rigolo avec son castor empaillé au dessus du bar, son disque de Steven Seagall à côté et ses dizaines de pass de concerts et de festivals pendus en vitrine. Le prix de la pinte est celui d’un demi à Paris, ça va on n’est pas volé.

Pendant qu’Aurélie prend le soleil en vitrine, je m’approche du jukebox pour voir quel morceau passe et c’est là qu’un des clients me branche en me demandant d’où je viens. On échange quelques mots puis un nouveau morceau se lance et là Aurélie me dit « ha tiens c’est tel groupe ». Un groupe que j’adore mais que je n’ai pas reconnu – oui la honte je sais? Le gars revient me voir et me parle du groupe, je lui dit que j’adore et là grand sourire! Il est surpris et ravi parce que c’est un groupe du coin. Visiblement j’ai gagné un poté, beurré certes, mais un pote quand même. Ensuite il s’est mis en tête de nous faire venir à un concert avec ses potes ce soir. C’est gentil mais sans plus vu la suite du voyage. Chose marrante, il a suffit qu’un mec vienne me parler pour que les autre se dérident et engagent la conversation. L’alcoolémie a du aidé aussi. Vu leur état à 18h, je n’ose imaginer ce que ça doit donner à 22.
Nous finirons par nous en sortir sous le regard amusé du barman qui nous lâchera un « au revoir » en français dans le texte. Sur le retour, rapide stop pour acheter le dîner de ce soir – pâtes et boulettes de viande non identifiée pour la modique somme de 2€65. Vous avez bien lu: deux euros soixante cinq centimes. Non pas d’erreur en caisse.

Demain c’est vendredi et nous quittons Helsinki pour Hyvinkää. Et là pas de report de ce qui nous attend. Enfin si mais comme il ne s’agira plus de tourisme, ce sera sur un autre site. Retour en France dimanche par un vol au petit matin et j’aime autant vous dire qu’après ce que nous aurons encaissé, nous n’allons pas être frais.

Sinon la Finlande c’est cool, surtout quand il fait ce temps là.
Pour Helsinki, 2 jours sur place suffisent, au-delà il faut partir vadrouiller autour.
Quant aux finlandais, ils sont plutôt gentils voir très gentils pour peu qu’on puisse interagir avec eux. Ils parlent tous un anglais de compet’ et c’est appréciable. Ils sont aussi contents quand on fait l’effort de barragouiner leur langue.
A noter aussi qu’Helsinki c’est propre. Genre Méga propre. Pas propre comme Tokyo mais pas loin. Et pour faire un dernier parallèle avec le Japon: ici zéro sentiment d’insécurité. Nous avons vu en tout et pour tout une seule voiture de police et pas un seul flic dans les rues. Les gens sont à la cool tout le temps. Les voitures s’arrêtent pour laisser passer les piétons et on voit même des choses incroyables comme des BMW qui mettent le clignotant pour tourner. Fou je vous dis. Bon par contre ici on a vite fait de claquer « un pognon de dingue », certes ce n’est pas la Norvège mais le niveau de vie est plus élevé que chez nous.
Tout ça pour dire que c’était bien!