Taïwan – jour 10

Niveau météo, les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Tant mieux me direz-vous, sauf quand il fait pas loin de 40°.

Etonnament, ce matin le réveil fut difficile. Non pas que la nuit fût compliquée mais juste parce que nous sommes cuits. Je vais vous expliquer.

Chaud devant

Après une conversation avec Aurélie portant sur la question fondamentale de savoir combien de pas nous faisions par jour, j’ai installé l’appli Google Fit sur le téléphone. Si les premiers jours, les distances indiquées nous ont paru farfelues dans le sens où nous ne pensions pas marcher autant, il s’avère qu’aujourd’hui nous nous sommes rendus compte qu’à 200 mètres près, le bordel était fiable. Moralité, nous marchons en moyenne entre 8 et 12 kilomètres par jour. Sans doute plus le jour où nous avons traverser Taipei.
Voila pourquoi ce matin nous avons un peu de retard à l’allumage – 8h10 au lieu de 8h00. Ceci dit, le petit déj’ fut conséquent malgré le café pas terrible. Ensuite nous voila en route pour notre première visite du jour: le Grand Mazu Temple. Une fois la porte de l’hôtel passée, c’est le coup de massue. 9h00 du matin, déjà 35°. Ouch.

Chemin faisant, nous sommes de nouveau survolé par des avions militaires. Ce qui me permet de corriger ce que j’ai dit hier, ce ne sont pas des F16 mais des F18 – en soit on s’en fout mais je tenais à rectifier. Quant à l’explication de ses survols, elle est très simple. L’aéroport de Tainan fait aussi office de base militaire et l’axe des pistes fait que les avions survolent la ville au décollage.

Quant au temple, sans vouloir faire le blasé, j’ai envie de dire « un de plus ». Ils se ressemblent un peu tous si on n’a pas les sous-titres concernant chacun. Certains sont dédiés à une divinité, d’autres à une personne, pas toujours facile de s’y retrouver.

Chemin faisant, nous passons devant un petit cinéma de quartier qui diffusent des films américains. Notez que nous avons aussi vu de gros multiplexes mais celui-ci à attirer notre attention à cause des affiches refaites à la sauce locale. Un vieux monsieur reproduisant au pinceau les affiches. Et détail qui tue: en bridant un peu les yeux des acteurs.

Nous continuons ensuite vers le temple de Confucius un peu plus au sud de la ville. Ce dernier est en restauration donc nous n’aurons pas trop le loisir d’en profiter. Ceci dit, son petit jardin un peu ombragé est plus que le bienvenue étant donné la température qui a encore grimpé de quelques degrés.

Ensuite nous filons vers le mausolée de Koxinga. Une sino-japonais important dans l’histoire locale puisque c’est lui qui a viré les hollandais de Taïwan. Nous stoppons dans un 7 Eleven pour acheter à boire, le monsieur à la caisse nous voit rentrer dégoulinant et content de trouver la clim’. Il nous dit qu’il fait très chaud dehors et que nous avons raison de nous mettre au frais. Si même les locaux disent que ça tabasse… Sinon le mausolée est plus un temple dédié à la personne qu’autre chose.

Nous enchaînons ensuite sur un petit temple érigé à la mémoire de 5 concubines de je ne sais plus quel noble local qui se sont suicidées pour suivre leur homme dans la mort. Le truc fait parti des « incontournables » de la ville. Mouais. Le truc rigolo est que pour y aller nous avons coupé par le campus de la fac’ du coin. On nous a regardé bizarrement mais c’était marrant. A ce stade de la journée, nous sommes arrivés au bout de notre programme et il n’est que 12h30. Il va donc falloir improviser, chose que nous faisons à l’ombre sur un banc. Direction la forteresse Xunfang.

Le soleil tape très fort, il fait environ 38° et après 25 minutes de marche, c’est la douche froide. En fait de forteresse, nous tomber sur un pauvre mur dans la cour d’un immeuble d’habitation. Bon. Heureusement à quelques centaines de mettre de là se trouve une ancienne porte datant de l’époque où la ville était fortifiée. Après nous abdiquons, trop chaud, il nous faut du frais. Nous prenons donc la route d’un centre commercial histoire de ne plus cuir pendant quelques minutes. Bien entendu, entre dehors et dedans, la différence de température est conséquente tellement la clim’ du lieu est forte. On a presque froid. Après avoir fait le tour du lieu et comparer le prix des Lego à ce qu’on trouve chez nous, nous allons chercher un peu de frais dans un parc. Mais comme nous sommes rincés, retour à l’hôtel. Il est un peu plus de 15 heures.

Sinon je ne vous ai pas parlé de la télé locale. Pour faire simple, c’est comme la télé japonaise sauf que ça parle chinois.

Au-delà de cette lapalissade, entre dramas historiques et feux de l’amour à la sauce locale (notre grand jeu est d’imaginer les dialogues en essayant de ne pas piquer un fou rire), talks shows abyssaux de conneries avec onomatopées à l’écran et bruitages du malaise, c’est pas fou. Il y a aussi les chaînes qui diffusent des programmes US sous-titrés (de la télé-réalité sur comment carreler ses toilettes aux films récents) et PTS, la chaîne d’info locale qui parlent aussi bien de l’actu internationale que de l’accident de scooter de tonton Chen au coin de la rue. On capte aussi la NHK japonaise pour le meilleur et le pire. Bref c’est l’éclate et ils sont scotchés dessus toute la journée. Dans les boutiques, il y a souvent une télé qui tourne ou bien ils sont collés à leur téléphone en train de regarder un truc quel que soit le lieu (au resto, au boulot, au feu – partout je vous dis). Demain si j’y pense nous parlerons voiture. Là aussi il y a des trucs à dire.